Les nids d’oiseaux morts contiennent 36 Pesticides différents, dont du DDT

En 2018, des citoyens belges ont alerté les organisations écologiques locales au sujet du nombre croissant d’oiseaux morts qu’ils remarquaient dans leurs communautés. Il s’en est suivi une étude sur les résultats concernant les pesticides. (1, 2) )

Association pour la conservation des oiseaux Vogelbescherming Vlaanderen, qui signifie “Flandre de la protection des oiseaux” et L’association de jardinage écologique Velt ont reçu des rapports plus élevés que la normale sur des bébés oiseaux morts à Bruxelles et en Flandre. Les organisations ont lancé une campagne conjointe appelée SOS Mezen. En néerlandais, qui est la langue officielle de la Flandre, mezen signifie “tit”, un autre nom pour “bird”. (1, 3))

La campagne a été soutenue financièrement par des centaines de Belges. Il a demandé aux gens d’enregistrer les décès de bébés oiseaux sur le site web de la campagne. Des milliers de personnes de Bruxelles et de Flandre ont répondu, signalant plus de 4 500 décès de jeunes oiseaux. (1, 2) )

Pesticides dans les nids, y compris le DDT

Les gens ont aussi envoyé des oiseaux morts et des nids pour les analyser dans un laboratoire spécialisé. Dans 89 des 95 nids examinés, ils ont trouvé des traces de 36 fongicides, herbicides, insecticides et biocides. L’un d’eux était le DDT, un insecticide interdit depuis 1974. (1, 2) )

Vogelbescherming Vlaanderen a publié une déclaration concernant les résultats. Geert Grommers, expert en pesticides chez Velt, a déclaré: “Nous avons trouvé un total de 36 pesticides différents dans 95 nids à mailles. Qui est le plus inquiétant. D’autant plus que les nichons avaient tout au plus deux semaines et n’avaient jamais été à l’extérieur du nichoir. “(4)

Les bécasseaux ont confirmé qu’il était inquiétant de trouver du DDT dans un si grand nombre de nids. “Le fait que le DDT soit encore présent dans notre environnement après tout ce temps est préoccupant”, a-t-il déclaré. (4)

L’énoncé laisse entendre qu’il pourrait y avoir un lien entre la mort des oisillons et l’utilisation de pesticides pour contrôler l’activité des insectes dans les jardins. En particulier, les jardiniers utilisent des pesticides pour tuer les papillons de buis, ce qui peut causer beaucoup de dommages aux plantes en croissance. Certains des pesticides trouvés dans les nids étaient utilisés pour tuer les papillons de buis. (4, 5)

Alors que les résultats semblent indiquer un lien entre les pesticides et les décès de bébés oiseaux en Flandre et à Bruxelles, les organisations déclarent que davantage de recherches sont nécessaires pour le confirmer. Ils ont toutefois trouvé certains pesticides qui posent un risque “élevé” pour les oiseaux. (4)

Soutien Oiseaux

Alors que certains Belges sont certainement troublés par les résultats de l’étude, SOS Mezen a quelques conseils pour faire un jardin convivial pour les oiseaux. Puisque les oiseaux mangent des insectes, des graines et des fruits, la campagne suggère de les amener tous les trois dans votre jardin et de s’en occuper. (5)

Concentrez-vous sur la culture de plantes indigènes de votre région. Ils offriront plus d’avantages aux oiseaux de votre région. Les plantes qui produisent des baies servent de nourriture aux oiseaux. Et la plantation d’arbres et d’arbustes de différentes hauteurs répondre à une variété d’oiseaux, comme chacun préfère une hauteur différente pour leur nid. (5)

SOS Mezen conseille également de ne pas utiliser de pesticides pour se débarrasser des insectes, comme les papillons de buis. Dans le cas de la noctuelle du Buis, ils ont trois recommandations alternatives: enlever certains des papillons à la main et les tuer en les congelant, utiliser un produit biologique plutôt qu’un pesticide chimique, ou, ils écrivent, ” accepter que votre jardin est soumis aux lois de la nature.”(5)

VOUS AIMEREZ AUSSI